Discours officiel du Ministre des ressources animales et halieutiques à l’ouverture du SABEL 2018

Discours officiel du Ministre des ressources animales et halieutiques à l’ouverture du SABEL 2018
29 Nov 2018

La cérémonie officielle d’ouverture du Salon de l’Élevage (SABEL) 2018 s’est tenue le mardi 27 novembre 2018 au pavillon Kilimandjaro du SIAO sous le Très haut patronage du Chef de l’État, SEM Roch Marc Christian KABORE.

Voici en entier le discours officiel du Ministre des ressources animales et halieutiques, Sommanogo Koutou, par ailleurs Président du Comité National d’Organisation

Excellence Monsieur le Président du Faso ;
Chef de l’Etat ;
Président du Conseil des Ministres ;
Premier Producteur en élevage au Burkina Faso.

Avant tout propos et avec votre autorisation, j’ai une révélation à vous faire.
Excellence,
Plus de 86% de la population de notre pays constituant les actrices et les acteurs du monde rural en général, en particulier ceux du secteur des ressources animales et halieutiques sont en ces moments dans une joie immense du fait que vous leur aviez offert cet tribune d’expression qu’est le Salon de l’Elevage du Burkina Faso, le SABEL.
Ils m’ont de ce fait chargé de vous traduire cette joie et de vous adresser en leur nom, toute leur reconnaissance, leur gratitude et leurs remerciements, et ceci à travers une chanson.
Ils m’ont demandé de chanter pour vous témoigner leurs sentiments réels.
C’est une tradition chez nous les éleveurs et les pêcheurs.
• C’est en effet par des chants que les jeunes bergers remercient la nature pour leur avoir offert cette ressource.
• C’est aussi à travers des chansons que les pêcheurs, après de nombreuse et bonnes prises, remercie la rivière.
• La transformatrice de lait elle aussi fredonne un chant quotidiennement pour dire merci à la vache après chaque traite ;
• Jusqu’à notre coq, le roi de notre basse-cours qui, chaque matin chante. Surement pas pour réveiller l’homme (le coq en réalité n’a jamais souhaité le réveil de son propriétaire), mais pour dire merci à l’aurore qui lui annonce qu’il bénéficie d’un jour nouveau.
C’est donc par un chant que je devrais vous dire notre grand merci.
Excellence, c’est vrai que j’ai essayé. Mais j’avoue que je n’ai pas réussi à composer une chanson à la hauteur de vos bienfaits pour notre secteur et qui soit à mesure de pouvoir traduire l’immensité de notre joie.
Excellence Monsieur le Président du Faso, dans l’espoir qu’aux deuxième, troisième et quatrième éditions du SABEL, une telle chanson puisse être composée et chantée, je vais recourir au traditionnel discours de remerciements.
Il ne sera pas long, car nous avons été enseigné depuis l’enfance, que lorsque vous obtenez ce que vous désirez du Chef, il faut éviter de trop parler.
Ainsi ;
Excellence Monsieur le Président du Faso, Très Haut Patron du SABEL 2018 ;
Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;
Excellence Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ;
Monsieur le Président de la Cours Constitutionnelle ;
Madame et messieurs les Présidents d’Institutions ;
Monsieur Kobénan Kouassi ADJOUMANI, Ministre des Ressources animales et halieutiques de la République de Côte d’Ivoire, Parrain de la première édition du SABEL ;
Chers collègues membres du Gouvernement du Burkina Faso ;
Distingués invités,
Chers participants,
Mesdames et Messieurs

C’est animé d’une grande joie et avec un réel plaisir, que du haut de cette tribune, au nom de l’ensemble des acteurs et des actrices du développement rural, particulièrement les éleveurs, les apiculteurs, les aquaculteurs, les aviculteurs, les pisciculteurs, les transformateurs et commerçants des produits et sous-produits de l’élevage et de la pêche, que j’adresse à tous nos souhaits de bienvenue en ces lieux et vous remercie pour votre présence effective, témoignage de l’intérêt que vous portez aux activités en lien avec les ressources animales et halieutiques.

Excellence Monsieur le Président
Les acteurs du secteur se réjouissent et vous adressent leurs remerciements les plus sincères pour cette grande et importante décision que vous avez prise pour doter notre secteur de cette plateforme de partage d’expérience et de savoir-faire, de renforcement de nos capacités, d’exposition de nos bonnes pratiques et de nos innovations dans les domaines de l’élevage et de l’aquaculture, de promotion de notre secteur et de valorisation des produits de notre travail.
Excellence Monsieur le Président du Faso,
Je voudrais en votre nom et au nom de nos populations laborieuses, adresser notre reconnaissance au Ministre ivoirien des ressources animales et halieutiques, Monsieur Kobenan Kouassi ADJOUMANI, qui, malgré un calendrier extrêmement chargé en cette période, a non seulement accepté parrainer la première édition du SABEL, mais surtout à manifester son amitié et son attachement à notre pays, à magnifier l’excellence des relations qui lient les acteurs de nos deux pays, en nous assurant de sa présence ici, accompagné d’une forte délégation, venue pour contribuer au succès du SABEL à travers l’occupation d’un espace pour exposer les savoirs faires de la Côte d’Ivoire dans les domaines de l’élevage.
Monsieur le Ministre, le Gouvernement du Burkina Faso avec à sa tête Son Excellence Monsieur Paul Kaba THIEBA, Premier Ministre, se réjouit de votre présence à nos côtés pour célébrer et valoriser le secteur des productions animales et halieutiques.

C’est le lieu pour moi d’exprimer également toute la gratitude du gouvernement Burkinabè aux différents acteurs publics et privés, à nos Partenaires techniques et financiers qui au quotidien, mutualisent leurs efforts pour relever les défis du secteur Agricole en général, et celui des productions animales et halieutiques en particulier.

Distingués invités,
Chers participants,
Mesdames et Messieurs

Qu’il me plaise de rappeler, que le Burkina Faso est un pays à vocation pastorale pour lequel l’élevage, qui occupe plus de 80% de la population active, constitue l’un des secteurs les plus importants de l’économie nationale, avec une contribution estimée à 18% au PIB et 26% aux recettes d’exportation.

Les effectifs du cheptel au Burkina Faso sont estimés à près de 9,7 millions de bovins, plus de 10 millions d’ovins, plus de 15 millions de
caprins, plus de 2 millions de porcins, plus de 46 millions de volailles et près de 26 000 tonnes de poissons produites en 2017.

Les activités d’élevage sont sources d’emplois directs et indirects pour près de 86% de la population rurale, tandis que la transformation des produits animaux et halieutiques sont sources de plusieurs milliers d’emplois pour les populations urbaines.
Je rappelle que ces données sont en phase d’être actualisées à l’issue de l’Enquête nationale sur le cheptel qu’il nous a plu de procéder au lancement le 19 novembre dernier à Mogtédo.

C’est dire donc que l’élevage demeure pour notre pays un puissant levier de lutte contre la pauvreté en ce qu’il permet aux ménages, mêmes les plus vulnérables, d’accéder à des ressources monétaires substantielles. Il y a tout simplement de la place pour tous en élevage et l’animal est un portefeuille ambulant.

L’élevage contribue ainsi à la mise en œuvre de l’axe 3 de notre Programme National de Développement Économique et Social (PNDES), qui vise à « dynamiser les secteurs porteurs pour l’économie et l’emploi ».

Excellence Monsieur le Président,
Chers participants,
Mesdames et Messieurs

Au regard de cette importance des productions animales et halieutiques au Burkina Faso, nul besoin de rappeler qu’il était temps d’instituer un salon de l’élevage, afin de permettre des échanges fructueux entre intervenants du secteur.

Le Salon de l’Elevage du Burkina Faso (SABEL) qui est à sa première édition, vise d’une part à capitaliser les avancées enregistrées par notre pays dans le sous-secteur des productions animales et halieutiques et d’autre part à restaurer un espace international de concertations, d’échanges d’expérience et de savoir-faire entre acteurs des chaines des valeurs, afin de booster davantage les productions et de rendre plus compétitifs les différents produits de ce secteur, porteur de croissance.
Distingués invités,
Chers participants,
Mesdames et Messieurs

Ce Salon devra finalement contribuer à une amélioration conséquente des conditions de vie des producteurs et de la sécurité alimentaire de notre nation toute entière. C’est pourquoi il me plait de vous inviter, chacun en ce qui le concerne, notamment les éleveurs, les organisations faîtières, les fournisseurs d’intrants, les équipementiers, les commerçants et distributeurs, les transformateurs, les Instituts et centres de recherche et de formation et les partenaires techniques et financiers, à participer pleinement pendant ces cinq jours aux échanges et partages afin d’en tirer le plus grand profit pour le bien être de notre pays et du continent Africain.

Le thème de cette première édition du SABEL, qui est « Place des productions animales et halieutiques dans le développement des bases productives et de compétitivité de l’économie nationale » vient à point nommé, car il s’agit d’un défi majeur qui retient particulièrement notre attention.

Distingués invités,
Chers participants,
Mesdames et Messieurs

Je demeure convaincu que cette initiative sera non seulement d’un apport considérable aux sous-secteurs de l’Elevage et de la Pêche, mais aussi aux industries animales.

La tenue de ce Salon qui vous réunit cette année ici sur le site du Salon International de l’Artisanat de Ouagadougou, est une initiative du gouvernement à travers son département des ressources animales et halieutiques, soutenue et portée par les nombreux vaillants producteurs en quête d’expériences novatrices pour valoriser leurs productions et produits.

Je ne doute donc pas un seul instant que le Salon de l’Elevage du Burkina restera un rendez-vous de référence du « donner et du recevoir » dans notre sous-région et dans le monde, et une vitrine de l’élevage de notre pays.

Je réitère mes vives félicitations à tous ceux qui ont cru en cette initiative et qui ont travaillé à sa réalisation.

J’invite les partenaires et amis de notre pays à nous accompagner à pérenniser le SABEL et à en faire un cadre privilégié de promotion des productions animales et halieutiques dans notre continent.

Tout en souhaitant plein succès à ce cadre d’échanges, je déclare ouverte la Première édition du Salon de l’Elevage du Burkina.

Je vous remercie.

Share

Abdoulaye DIANDA

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :